Le burnout est un état d’épuisement. Il survient à la suite d’un processus qui commence par un grand engagement professionnel et la volonté de maintenir à tout prix sa capacité de performance.

Cependant, une forte charge de travail conjuguée à un engagement important et à des phases de repos insuffisantes conduit tôt ou tard au surmenage. Généralement, un burnout se développe de manière insidieuse et survient à l’insu des personnes concernées. Découvrez-en plus dans cet article au sujet du burnout.

Caractéristiques du burnout

Le burnout présente trois caractéristiques :

  • épuisement émotionnel : la personne se sent épuisée, exténuée et « vidée »émotionnellement, physiquement et mentalement ;
  • cynisme et distanciation : la personne fait preuve d’un comportement indifférent, distancié vis-à-vis du travail (des clients, des patients, des tâches prescrites, entre autres) ;
  • baisse de la performance personnelle au travail : la personne a le sentiment d’être de moins en moins performante malgré de gros efforts fournis. La confiance qu’elle a en ses propres capacités s’amenuise.

Dans la phase initiale, nombre de personnes concernées sont encore très engagées dans leur emploi. Dans la phase suivante, elles deviennent de plus en plus épuisées, irritables et agitées. Une fatigue chronique peut aussi se développer. Dans la phase finale, les personnes concernées sont de plus en plus résignées, ont du mal à se concentrer et ressentent un manque d’entrain. Un grand nombre d’entre elles se sentent aussi très déprimées.

En Suisse, on estime qu’une personne sur cinq ressentira un stress important en raison de son activité professionnelle au cours de sa vie. On compte, généralement, 6 mois pour se remettre d’un épuisement professionnel.

Facteurs de risques internes

Les facteurs de risques internes, c’est-à-dire, les facteurs qui sont directement inhérents à la personne, sont :

  • Engagement excessif
  • Exigences élevées envers soi-même
  • Idéalisme élevé
  • Perfectionnisme
  • Attentes excessives
  • Doutes quant au sens de ses propres actions
  • Difficulté à dire non

Facteurs de risques externes

Il s’agit ici de facteurs qui sont présents dans l’environnement de la personne :

  • Surcharge de travail
  • Manque de reconnaissance
  • Mobbing
  • Injustice
  • Manque de contrôle de ses propres tâches

Qu’est-ce que l’employeur peut faire pour prévenir les burnouts ?

Pour préserver la santé de ses collaborateurs, un employeur doit être attentif aux points suivants :

  • Surveiller le temps de travail de ses employés
  • Ne pas fermer les yeux sur les employés qui restent tard le soir. Poser des limites clairesentre la vie professionnelle et privée
  • Ne pas donner une charge de travail disproportionnée, adapter les ressources aux projets
  • Contrôler que les employés prennent leurs vacances régulièrement, éviter les effets decumul
  • Ne pas mettre en concurrence les personnes entre elles
  • Reconnaître le travail des employés et les remercier sincèrement
  • Accepter les imperfections de chacun, exercer un management bienveillant

Le dirigeant doit instaurer un climat de confiance, être attentif à ses salariés et pratiquer un management de proximité. Ce mode de management lui permet de mieux connaître ses collaborateurs et de remarquer les changements de comportement inhabituels. Plus le problème sera pris en amont et avec bienveillance, moins graves en seront les conséquences.

Trois principes de durabilité peuvent être appliqués aux équipes et aux collaborateurs individuels d’une entreprise. Premièrement, les employés doivent disposer de suffisamment de ressources et les compétences nécessaires pour atteindre leurs objectifs sans se surinvestir. En second lieu, ils ont besoin d’être énergisés, ce qui implique de valoriser les temps de récupération, de pause et de détente. Enfin, l’engagement d’une équipe doit être solidaire pour susciter l’entraide.

Que faire pour favoriser le retour d’un employé victime d’un épuisement professionnel ?

Selon la gravité de la situation, plusieurs réponses peuvent être envisagées. Pour comprendre les besoins de son collaborateur, la première chose à faire est de l’écouter et d’essayer de lui proposer des solutions adaptées. Lorsqu’il envisage de garder son poste, réduire pour un temps sa charge de travail permet d’éviter de retomber dans une situation de surmenage. Lorsque c’est un environnement professionnel qui a été la cause du malaise, un changement de poste, voire dedépartement, peuvent être salvateurs. Dans d’autres cas, l’employé ne pourra pas reprendre son travail et devra se réorienter au sein de la même entreprise ou ailleurs.

N’hésitez pas à demander l’avis ou conseil auprès d’un spécialiste si vous pensez souffrir de burnout. Un accompagnement de type coaching peut, par exemple, vous soutenir pour vous reconnecter à vos ressources intérieures, retrouver confiance en vous et définir vos limites afin de mettre en place vos indicateurs d’alerte.